AÏ-KI-DÔ d'un Maître Zen : AÏ-DÔI
Au coeur des relations. Au-delà de la martialité. Évoluer en Humanité.

Extrait du livre "la force de la douceur"

L'histoire des budô (bu : arrêter la lance, déposer les armes et dô : chemin vers le concept bu) et l'implication du zendô dans leur contenu "philosophique" et même dans leur leurs formes ont été remarquables.
Le vingt-huitième patriarche bouddhiste après Siddhârta Gautama, Boddhidharma (Enseignement de l'Éveil) introduisit le vajnamushti au sein de son Enseignement afin de redynamiser ses nouveaux disciples chinois qui venaient de lui demander de les guider vers l'Éveil.
Leurs attitudes étaient si faibles qu'il leur enseigna cette discipline de circulation d'énergie dans le corps. Cette étude les prépara, peu à peu, à construire la juste position du Bouddha. L'attention, la concentration (penser à partir de tout son corps) et la maîtrise de la respiration sont nécessaires pour atteindre les différents niveaux de conscience et les comportements qui en sont les reflets au sein de cette spiritualité concrète qu'est le bouddhisme tch'an en chinois et zen en japonais. Il existe plusieurs écoles issues du même tronc. Suite.

D.Lazennec

Historique de l’AÏ-DÔI :

Après une altercation avec deux autres écoliers, dont un a eu une fracture du crâne et l'autre un bras cassé, depuis l'âge de 8 ans, Daniel Lazennec a cherché des réponses à la violence, au comportement, au sens de la vie et à la mort.

Il a pratiqué diverses disciplines pour trouver des réponses : Hatha Yoga, Zen Soto, Judô, lutte gréco-romaine, deux formes de Karaté-Dô, puis l'Aïkidô. Jusqu'en 1980, les trois formes d'Aïkidô expérimentées ne comblaient pas ses attentes, et n'avaient laissé que des incohérences entre les mots utilisés et les actes produits. Aucune de ces formes lui semblait refléter les écrits qu'il comprenait de Ô Senseï Ueshiba Morihei. Suite à ces expériences, la décision d'abandonner l'Aïkidô avait été prise.

Quelques jours plus tard, il fut inviter à se rendre à un stage sur Orléans par un de ses professeurs d'alors, Patrick Bénezzi.

La rencontre avec maître Hirokazu Kobayashi a eu lieu. Coup de foudre immédiat. Une telle noblesse dans la façon de marcher, une telle fluidité ! Une telle douceur, une telle verticalité et une telle énergie dans les techniques. Jamais une grimace, jamais de crispation, ni du visage, ni des mains, toujours de belles positions de corps, une manière particulière de se déplacer et pas de violence. Une précision et une délicatesse dans l'utilisation des armes, etc. L'année d'après, en 1981, Daniel Lazennec demanda à maître Kobayashi s'il pouvait étudier avec lui au Japon : demande acceptée. L'engagement était reparti pour onze années intensives (...), dont une année complète avec le maître au Japon et en Europe en 1982 - 1983. En 1982, à Osaka, Kobayashi Shihan lui remet sa ceinture noire. Ici, avec Maître Kobayashi en 1986 à Bruxelles (photo de droite).

Kobayashi et Daniel Lazennec à Bruxelles

Depuis 1976, il continue ses recherches en parallèle le Hatha-Yoga et à partir de 1985 la médecine psycho-cosmo-somatique (médecine chinoise).

Pratiquant la position assise Zen depuis 1978, il fut ordonné moine Zen en 1985, sous le nom de "Taïsan" (Montagne de Paix). La cérémonie eut lieu l'hiver en montagne, la nuit au bord d'un ruisseau, sous les cris d'un oiseau.

En 1990, il est ordonné Boddhisatva sous le nom de "Eikyushu" (Loyauté Eternelle).

En1990, au cours d'une des nombreuses séances de "méditation" zen, "il" vécut une expérience mystique.

Quelques temps plus tard, il réalise l'importance de cette expérience alliée à toutes ses études, ses expérimentations et expériences antérieures (satori) et actualise à la fois sa façon de "vivre les choses" et ses comportements. Il reçoit la transmission (Shiho) du Bouddhisme Zen Soto en 1991.

Zen au bord de la rivière

A la suite de ces Expériences, un changement radical, profond et naturel s'opère dans son existence, notamment dans l'Aïkidô qu'il pratique assidûment auprès de maître Hirokazu Kobayashi en Europe et au Japon depuis onze années. Le maître Kobayashi avait compris que cet élève cherchait toujours plus loin, plus profondément, vers, comme il disait "le kofuku" (le grand bonheur). En 1991, ce dernier convie Daniel Lazennec à parcourir l'Europe en lui disant "pousse les portes des dôjôs et enseigne".

Son enseignement de l'Aïkidô étudié auprès de Kobayashi Shihan durant onze années, au Japon et en Europe, évolue en faisant apparaître des modifications notables dont certaines ont été soumises à Kobayashi Senseï et approuvées :
- spiralisation des mouvements tant au niveau de la verticalité que de l'horizontalité des bras, accentuée par une fluidité et une absence de dualité,
- classification des mouvements non plus en fonction des techniques effectuées par celui qui reçoit mais en fonction de celui qui vit la réponse à son attaque, etc.

L'Aï-Dôï est né naturellement, suite à ces Réalisations, sans aucune réflexion particulière, dans l'action. C'est cette "nouvelle" conscience hollistique qui a créé une autre dynamique de comportements, de gestes, de mouvements, de déplacements et donc de conséquences autres, finalement qui a produit de nouveaux types de relations, et une nouvelle discipline.

L'Aï-Dôï est donc issu de plus de quarante années d'études actives au Japon et en Europe. La vie quotidienne de père de famille, vivant totalement dans la société en tant qu'Intervenant en Prévention des Risques Professionnels, formateur et créateur de solutions (une quinzaine de logiciels, des méthodologies pédagogiques, du matériel de travail dont un bureau en trois dimensions à huit positions. Ses innovations lui ont valu plusieurs prix : concours Lépine, 2 premiers prix d'innovation, plusieurs nominations, etc.) dans le domaine de l'ergonomie et des risques psycho sociaux ; ces actions font partie de l'évolution de cette discipline totalement impliquée dans la société "occidentale".

Les outils issus du Zen et du Hatha Yoga, ainsi que certains de la médecine chinoise se sont naturellement insérés en apportant d'autres expériences conduisant à une meilleure connaissance de soi.

Ce fut après l'expérience mystique du fondateur et la cohérence de ses Réalisations que la naissance de cette discipline a vraiment eut lieu.

L'Aï-Dôi est L'Aïkido d'un Maître Zen.

Il est une discipline de développement personnel, de travail de relation et de communication, de construction de conscience corporelle, psychomotrice, de respect des autres et pouvant être utilisée en cas d'extrême obligation en technique de défense. Ce, dans les débuts, ensuite, les pratiquants confirmés sentiront les situations afin de les éviter et d'agir pour la paix.

L'Aï-Dôi est une culture, une connaissance de soi amenant à une spiritualité comportementale.

C'est une discipline pacifiante, concrète et actuelle.

 

Daniel Lazennec répond aux questions qui lui sont posées ici.