AÏ-KI-DÔ d'un Maître Zen : AÏ-DÔI
Au coeur des relations. Au-delà de la martialité. Évoluer en Humanité.

Témoignages

« Un vieillard qui meurt
c'est une bibliothèque qui disparaît. »

Proverbe africain

La Fédération d'AÏ-DÔI, partenaire du FIPAM

Présentation - Gala d'ouverture

Fonds International pour la Préservation des Arts martiaux

Fonds International pour la Préservation des Arts Martiaux

Qu'est-ce ?

Un devoir de mémoire
Les arts martiaux tirent leurs racines d’une histoire vieille de milliers d’années. Longuement sculptés par les siècles, ils se sont révélés au xxe siècle* grâce à la passion de quelques pionniers qui ont oeuvré pour faire reconnaître leur discipline de vie comme un moteur éducatif, culturel et sportif de premier ordre pour la société contemporaine.
Conscientes de l’avancée inexorable du temps qui rappelle aujourd’hui ces honorables pionniers vers d’autres Cieux, quelques personnalités actives se sont mobilisées pour que cet héritage ne s’évanouisse pas avec le temps…
C’est de ce constat que le Fonds international pour la préservation des arts martiaux a vu le jour à l’été 2009. De la volonté sincère de son fondateur, Thierry Plée, et de personnalités éminentes des arts de combat, de voir conservés, transmis et honorés la mémoire et le
savoir de ceux qui ont offert cette voie de réalisation personnelle à l’humanité. Cette voie forgeant le caractère, la volonté et le corps de celui qui s’y consacre. L’art martial est aujourd’hui encore plus qu’hier, un puissant outil de paix, d’égalité et d’équilibre social qu’il
est nécessaire de préserver.
*en France dans les années trente

Des projets ambitieux
Pour mener à bien sa mission, le Fonds international pour la préservation des arts martiaux s’est fixé, dès sa fondation, des objectifs concrets et réalistes :

Collecter la mémoire

en constituant une base de données (physique et numérique) cataloguant l’ensemble des documents, correspondances, films, photographies, illustrations, objets en relation avec les arts martiaux quelles que soient leur origine et leur époque.

Éduquer le public

par la création d’un Musée des arts martiaux et des sports de combat qui présente et explique au grand public, comme aux spécialistes, la richesse et la complexité de notre univers.

Partager le savoir

par l’organisation de colloques annuels réunissant des experts d’arts martiaux mais aussi des scientifiques, des chercheurs, des sociologues, des politiciens, autour d’un thème d’actualité (projet avril 2011 : Violence, société et arts martiaux).

Transmettre la connaissance

par la réalisation, en collaboration avec d’autres organismes à vocation caritative, publique ou économique, d’un centre d’enseignement multi-disciplinaire d’été animé par des experts venus de tous horizons et ouvert à tous, sans distinction de nationalités, de fédérations ou de sensibilités martiales.

Encourager les générations à venir

par l’attribution de bourses, de prix et d’assistance pour aider à la formation des générations de maîtres à venir.

Aider et récompenser les anciens

par un soutien humain et matériel, une aide à la vie, une assistance afin que soient dignement récompensés ceux qui ont offert tout au long de leur vie leur temps et leur énergie.

Informer de nos activités

par la publication d’un bulletin de liaison périodique exposant l’évolution des projets, l’engagement individuel, la vie de notre organisation…


Ces projets sont dépendants des moyens mis à notre disposition.

Une oeuvre caritative efficace

Le Fonds international pour la préservation des arts martiaux est régi par la loi du 4 août 2008 dite « de modernisation de l’économie », section « mécénat », créant le statut de « fonds de dotation ».

Le fonds de dotation est un organisme à vocation philanthropique qui répond à la quasi-totalité des droits et devoirs des fondations reconnues d’utilité publique tout en préservant son autonomie :

  • Déductibilité fiscale pour les donateurs
    Reconnaissant l’action sociale des organisations caritatives, l’État allège la fiscalité des donateurs. Les dons, qu’ils soient financiers ou en nature, sont de ce fait déductibles des prélèvements fiscaux annuels.
    Pour les entreprises : une déductibilité de 60 % à concurrence de 5‰ du chiffre d’affaire1.
    Pour les particuliers : une déductibilité de 66 % à concurrence de 20 % des revenus imposables.
  • Exonération fiscale pour l’organisme
    Le Fonds international pour la préservation des arts martiaux est un organisme caritatif qui à ce titre est libéré des impôts commerciaux (TVA, IS…). Ce cadeau de l’État permet à notre organisme de bénéficier d’une aide de fait d’une vingtaine de pour cent.
  • Liberté de gestion
    N’étant pas reconnu « d’utilité publique » par le Gouvernement, la gestion est libérée de l’intervention du politique dans ses affaires philanthropiques.
  • Surveillance stricte
    La gestion est contrôlée par un commissaire aux comptes et par le Comité stratégique constitué par le président de la commission des lois du Sénat (un représentant de l’État, trois magistrats, sept personnalités qualifiées).

1. soit 300 € pour un don de 500 € par tranche de 100 k€.
2. soit 132 € pour un don de 200 € par tranche de 1 000 € de revenus. D’autres allégements fiscaux sont prévus par le Code des impôts comme l’exonération des droits de succession.

Une gestion transparente

Le Fonds international pour la préservation des arts martiaux s’est doté dès sa création d’organes de gestion et de contrôle sûrs :

  • Un Conseil d’administration
    constitué de personnes associant une connaissance profonde des arts martiaux à des compétences professionnelles avérées.

THIERRY PLÉE, président-fondateur
Éditeur spécialisé, il est un acteur économique de premier rang du milieu des arts martiaux. Issu d’une famille prestigieuse et pionnière, il a pratiqué dès l’enfance le judo, le karaté, le kendo, la canne française au dojo familial puis l’aïkido et les arts énergétiques chinois.
Il est professeur diplômé d’État de judo et jujitsu.
THIERRY TONNELLIER, trésorier
Docteur en droit à l’université Paris II, juriste spécialiste de l’informatique et du multimédia, des obligations civiles et commerciales, du droit des sciences médicales, membre de l’institut des hautes études sur la Justice, il a pratiqué l’escrime (championnat de France) et est
ceinture noire de judo-jujitsu.
VICTOR MARQUÈS, secrétaire
Professeur de technologie à l’Éducation Nationale, responsable pour la France de la Yang Martial Arts Academy, il est professeur diplômé d’État de karaté, titulaire du brevet professionnel de taïchi-chuan et enseigne le kung-fu, le taïchi-chuan et les arts énergétiques chinois.

  • Un Bureau
    constitué des membres du Conseil d’administration ainsi que de :

SERGE MAIRET, conservateur
Journaliste, écrivain et poète, il est professeur de qigong et attaché à la Fondation de Rothschild dans le travail de la prévention de la douleur et de la sénéscence.
OLIVIER GAURIN, ambassadeur pour le Japon
Écrivain et professeur diplômé d’État d’aïkido, il a pratiqué très jeune l’escrime puis la boxe thaïlandaise. Il réside à Tokyo.
Le Bureau est un élément dynamique qui est de ce fait évolutif.
Nous vous invitons à consulter notre site internet pour la mise à jour.

 

Le Bureau est un élément dynamique qui est de ce fait évolutif.
Nous vous invitons à consulter notre site internet pour la mise à jour.

  • Un Conseil des Sages
    assurant le rôle de Conseil scientifique et de Conseil de surveillance, constitué de personnalités émérites reconnues pour leur représentativité et leur esprit constructif, il a pour rôle de proposer des projets et de contrôler le bon fonctionnement des institutions. Il est constitué de membres qui se réunissent une à deux fois l’an :


HENRY PLÉE, pionnier du karaté en Europe
LUC LEVANNIER, un des pionniers du judo en France, spécialiste des principes.
*ROLAND HERNAEZ, fondateur du tai-jitsu en France
MICHEL MARTIN, pionnier du kyudo en France
CLAUDE THIBAULT, historien du judo
*ALAIN FLOQUET, fondateur de l’aïki-budo
*YOSHINAO NANBU, fondateur du karaté Sankukai et du Nanbudo
GEORGES CHARLES, pionnier des arts martiaux chinois en France
DAN SCHWARZ, pionnier du kung-fu sushu en France
… (*personnes pressenties, liste en cours d’élaboration)

et de nos ambassadeurs dans le monde :
OLIVIER GAURIN, ambassadeur pour le Japon
… (liste en cours d’élaboration)

Le Conseil des Sages est actuellement en cours de constitution et sera complété en respectant les critères suivant : intégrité, personnalité, représentativité… Nous vous invitons à consulter notre site internet pour la mise à jour.

Gala d'ouverture

 

Une partie de l'équipe de l'Université Etre Orient-Occident s'est retrouvé au gala d'ouverture du FIPAM. Ils ont participé activement à ce que cette soirée soit réussi. Cela s'est passé le 19 novembre 2009 à Paris.

Intervention de Daniel lazennec

Quelques photos

Intervention du fondaterur du FIPAM  Une partie de l'équipe de l'université Etre Orient Occident   Superbe bouquet de fleurs d'accueil  La table d'accueil du gala du FIPAM