Auteur :
• 2 décembre 2016

Bonjour,

Notre page Facebook s’enrichie régulièrement avec les différentes solutions proposées.

Aujourd’hui, une boutique vient d’être crée au sein de la page « FEDERATION AÏ-DOI« .

Elle ne fait que répertorié différents produits, en lien avec notre discipline, que la Boutique BambuKoro vend.

Excellente journée.

Djamel

Auteur :
• 16 novembre 2016

Bonjour à tous,

Sous le soleil automnal, j’espère que vous allez bien !

J’ai le plaisir de vous indiquer les dates des soirées de rencontres inter-centres, organisées par la Fédération d’Aï-Dôi (Aï-ki-dô).

Il a été choisi 4 vendredi soir.

  • 25 novembre 2016,
  • 24 février 2017,
  • 10 mars 2017,
  • 12 mai 2017.

Les deux premières se dérouleront à Saint-Palais (64), les deux suivantes à Cravencères (32).

Elles se dérouleront ainsi :

  • 19h à 20h30 : Préparation et dynamique relationnelle de l’Aï-Dôi,
  • 20h45 à 21h15 : les outils de l’Aï-Dôi, seul ou à 2,
  • 21h15 à 21h30 : synthèse sous forme de dynamique relationnelle libre,
  • Partage convivial, comme il se doit, constitué des apports de chacun(e).

La participation aux frais est de 40 € (30 € pour les adhérents). La soirée est ouverte à tou(te)s.

Pour celles et ceux qui viennent de loin, il sera possible de dormir sur place et de repartir le lendemain après le petit-déjeuner, sans supplément de prix.

Pour l’organisation, merci de bien vouloir informer de votre venue.

Merci d’inviter vos amis, c’est une belle occasion de découverte de cet Art de Paix.

Au plaisir de ce partage,

Respectueusement,

Djamel

Catégorie : Stages  | Laisser un commentaire
Auteur :
• 25 septembre 2016

Bonjour,

A la demande de la présidente de la Fédération d’Aï-Doi, je vous transmets le compte rendu de l’Assemblée Générale qui a eu lieu le 16 septembre 2017.

ag-aidoi-16-09-16

Si vous souhaitez de plus amples informations, n’hésitez pas à la contacter.

Respectueusement.

D. BOUDRISSA

 

Catégorie : Divers  | Laisser un commentaire
Auteur :
• 16 février 2016
Cours après cours, année après années, les pratiquants de Budô devraient constater une évolution comportementale dans laquelle la réaction agressive ou les peurs envers les autres s’estompent. Les peurs ou l’agressivité de protection étant compensées, la bienveillance et la générosité croîtraient.
Considérons la réflexion sous un autre angle, à partir d’attitudes, de comportements et d’actions sur le tatami.
La notion de prendre une garde : en testant le fait de prendre une garde, à mains nues, avec un jo ou un bokken, constatons-nous que ce comportement est la construction d’un isolement, comme celle d’un rempart contre l’Autre ? Une sorte de deux monologues d’où sortira peut-être un dialogue ?
En testant le fait qui la personne qui “accueille” le simulacre de violence, de conflit, sans prendre de garde : constatons-nous que notre positionnement relationnel est de tout autre nature ? Que se passe-t-il alors ? Comment nous gérons-nous dans cette attitude ?
La notion de partenaire, la personne qui produit l’attaque simulée.
L’importance de ce rôle est primordial. Dès le début, l’entraînement à ressentir le moment le plus propice à l’action (celui durant lequel le partenaire aurait un instant d’égarement) est le premier aspect. Les actions qui s’en suivent se doivent d’être précises et la personne centrée, les pieds conscients. L’adaptation durant la technique est indispensable. L’esprit de produire les gestes les plus justes à simuler un conflit doit être actif durant tout l’échange relationnel. C’est-à-dire avant, pendant et même après.
Ces productions intentionnelles permettent d’observer les informations et les émotions qui nous habitent. Par la rigueur de l’étude, par des actions adaptées, se produit-ils une évolution comportementale allant vers le but des Budô ?
Le but des Budô concerne-t-il également celui qui produit les attaques simulées ?
La notion d’intégrité au sein des actes, des gestes de celui qui reçoit une attaque simulée.
Avec des armes, qu’engendre le fait de produire des actions de coupes ou de frappes ? A mains nues, produire des atémis, réaliser des clefs ou des immobilisations via des douleurs engendrées, quelles sensations s’élèvent ? Quelles émotions apparaissent ? Sont-elles compatibles avec le but des Budô ? Provoquons-nous une action portant atteinte à l’intégrité de notre partenaire ? L’aidons-nous dans son cheminement vers le but des Budô ?
Par notre réflexion sur notre attitude, nos comportements, nos actes, nos gestes, nos actions, sommes-nous cohérents avec le but des Budô ?
Par Monto De Patso
Auteur :
• 8 février 2016
L’instinct de survie et le processus d’agressivité sont inscrits au profond de chacun(e), dans notre cerveau reptilien. Dans les relations, alors qu’elles dérangent, les réactions viennent souvent de cet espace cérébral, comme une sorte d’auto-défense archaïque.
La peur est née de nos émotions. En se manifestant, elle engendre la fuite quand cela est possible. Sinon, notre système de défense archaïque prend le dessus.
Ces deux dynamiques fréquentes ont bien été identifiées par les créateurs des Budô. Ainsi, leur enseignement était en partie de développer des réponses par l’apprentissage. La mise en situation de relations mettant en danger l’intégrité a été la dynamique éducative éclairant et compensant la violence archaïques et les peurs.
Aménageant peu à peu les règles et les outils des Bushidô, les fondateurs ont permis l’expression des violences et des peurs puis un certain dépassement de celles-ci. Les règles ont par exemple instauré des distances, mis des limites aux techniques, défini des rôles, etc, empêchant les accidents. Les outils se sont mus de sabre en shinaï ou en bokken. Bref, les Budô ont à la fois “dégonflé” les élans de violences et de peurs puis les ont canalisés grâce à l’intelligence et à l’éducation. Dans le même temps, les Budô ont également donné l’illusion aux pratiquants qu’ils seraient “protégés” des agressions extérieures et éclairés sur leurs propres productions de violences, dans leur vie quotidienne et au dehors des lieux de pratique.
Au dehors, les limites de la violence et des peurs ayant été repoussées, les capacités de les apaiser ayant augmentées, les adaptes se sentent en sécurité plus importantes qu’avant leur contact avec les Budô. Les Budô ont participé à leur évolution et les ont éduqués à d’autres relations, éloignées des anciennes.
Ainsi, trois des grands fondateurs de Budô : les maîtres Jigoro Kano, Moriheï Ueshiba et Gishin Funakoshi assignèrent-ils à leur Budô comme objectif la non-violence. Maître Ueshiba allant jusqu’à la proposition de la création d’un monde nouveau.
Serait-ce parce que les capacités de réponses aux stress relationnels aient été augmentées que la non-violence s’établirait naturellement : telle une conséquence automatique aux heures de pratique dans la salle d’entraînement ?
Ainsi s’épanouirait-il un sentiment de compréhension envers son prochain, envers tous : chaque pratiquant(e) de Budô se verrait sans attitude, sans comportement et sans parole empreintes de dualité ?
combien d’heures de pratique seraient-elles nécessaires ou bien à quel niveau attesté le Budôka correspondrait-il aux souhaits des fondateurs ?
S’il n’en était pas ainsi, à quoi servirait le Budô ?
Les maîtres fondateurs auraient-ils manqué leur but initial ?
La non-violence promises par les fondateurs ne serait pas automatique, comme un fruit dont l’agriculteur se serait occupé avec attention depuis les premiers bourgeons du printemps ?
De ces interrogations et à partir des réponses, comment l’être s’exprime dans ses attitudes et ses gestes, par définition non-verbaux ? Y constate-t-on la non-violence, l’équanimité ?
Par Monto De Patso
Auteur :
• 30 janvier 2016

De Monto De Patso,

Le temps passe, les civilisations diffèrent…

** Bujutsu : ce terme japonais englobe des techniques de guerre médiévale nippones.
* Budô : “Bu” : arrêtez la lance, “dô” : voie. les Budô regroupent les “voies pour arrêtez la lance”, soit pour cesser une agression et se défendre pour préserver son intégrité.
Du XIVe au XIXe siècle,le Japon échange avec les pays européens et autres. Sa société sort peu à peu de la féodalité. Il acquiert des armes à feu et autres matériels ou techniques de guerre. Les guerriers traditionnels, les Samouraï, leurs outils et leur savoir-faire ne sont plus utiles à cette nouvelle société en transformation. Leur esprit même est remplacé par l’esprit occidental dans lequel on tue à distance, sans considération humaine inter-personnelle.
Cependant, au XXe siècle, l’esprit de ces Budô apparaît à quelques héritiers budokas comme très utile à l’Humanité. Ils en conservent les grands principes et font évoluer les formes et les règles dans cette nouvelle civilisation qui s’industrialise et se démocratise. les Budô deviennent éducatifs.
Maître Jigoro Kano ôta du Jujutsu ses techniques dangereuses et initia cette évolution importante. Avec lui et son Judô, voie de la souplesse, cette nouvelle ère du Budô était née : le perfectionnement de soi-même sans viser à l’anéantissement ou à la blessure de l’autre.
Maître Moriheï Ueshiba a développé cet esprit avec ses Aïkidô qui ont marqué les différentes époques de son existence. Religieux, cet état a inspiré son étude et ses évolutions (aspect qui ne semble pas avoir été considéré par nombre de ses élèves). Ô Senseï a rassemblé l’esprit des Budô avec l’esprit à l’expérience mystique, élargissant ainsi ses enseignements à une dimension métaphysique, reflet de son empirisme personnel.
D’autres maîtres ont apporté leur importante contribution à l’éducation et au développement par leur forme de Budô tels que les Budô suivants : Karatedô, Kyudô, Kendô, …
Dans le besoin de se mesurer et de classifier ses mérites, le XXe siècle a également vu se transformer certains de ces Budô en sports de combat, tels les jeux du cirque romain donnant en pâture de la violence au peuple qui exulte ainsi ses propres violences enfouies. Écartant de ce fait la notion éducative, celle des arts et celle qui privilégiait l’interdépendance, la vision généreuse d’un humanisme partagé, en préférant l’individualisme. Cela est bien conforme à cette époque de “l’avoir”.
Le Budô a été un des ambassadeurs majeurs du Japon dans le monde durant la seconde moitié du XXe siècle. Le monde a plutôt identifié l’esprit guerrier, la puissance, le pouvoir et la domination ou la défense qu’il pouvait en retirer en pratiquant ces Budô. Les autres arts japonais ont moins attiré les foules… Les arts tels l’arrangement floral, la peinture, la calligraphie, les jardins, le thé, la musique, etc. ont fait bien moins d’adeptes ; tout comme la voie du Bouddhisme essentiel qu’est le Zen et qui fut un des piliers de cette culture japonaise et dont les arts sont profondément empreints.
Ainsi, de par le monde des millions de personnes de nos jours utilisent, peu ou prou, de ces formes de Budô pour leur aspect guerrier. Cela répond aux peurs et au besoin de sécurité, utilisation légitime dans un mode de compétition, de guerres économiques, de partage de territoires, de luttes culturelles et de croyances, … ; dans lequel tout va très vite et insécurise. Cependant, cela ne créera que des réactions de défenses qui seront transformées en violence, tôt ou tard…
Le cycle de violence continue et continuera.
L’Humanité a encore probablement d’immenses richesses de créativité pour innover à chacune des époques qu’elle vit et traverse en pensant aux conséquences de ses actes, qu’elle lègue à ses enfants et à ceux des autres…
XXIe siècle : alors, quelle(s) évolution(s) ?
Catégorie : Divers  | Laisser un commentaire
Auteur :
• 23 août 2015

Bonjour,

Un colloque pour découvrir l’Humain sous plusieurs facettes, mieux le comprendre et mieux l’appréhender. Cela se déroulera à St Martory (31).

Pour plus d’informations visitez le site : http://colloque-humain.espaceartsetsciences.com/.

Au plaisir de vous y retrouver.

Djamel

Catégorie : Divers  | Laisser un commentaire
Auteur :
• 24 janvier 2015

Bonjour,

Vous avez entendu parler des bases de l’AÏ-DOI ?

Si ce n’est pas le cas, vous pouvez lire la vidéo ici .

Le prochain séminaire d’AÏ-DOI est le 14 et 15 février prochain pour venir découvrir. renseignements Marie au 0601947811.

A bientôt.

Djamel

Catégorie : Stages  | Laisser un commentaire
Auteur :
• 29 mai 2014

Bonjour à toutes et à tous,

Toute la page documentation vient d’être mise à jour.

N’hésitez pas à la consulter et si vous souhaitez acheter un livre, c’est ici que ça se passe.

A très bientôt.

Djamel 🙂

 

Auteur :
• 22 mars 2014

Bonjour,

Je viens de mettre à jour le site de l’aidoi concernant tous les livres que nous proposons à la vente.

Maintenant, toute commande s’effectuera via la boutique du Fonds de dotation Etre Occident-Orient (FEO2).

Excellent week-end à toutes et à tous.

Djamel

Catégorie : Divers  | Laisser un commentaire