Archives de la catégorie ◊ Enseignement Oraux ◊

Auteur :
• 15 septembre 2019

Enlarge this imageThe new law will require pharmaceutical firms to inform the point out and well being insurers should they system to lift the worth of a medication by sixteen % or maybe more over two yrs.fotostorm/Getty Imageshide captiontoggle captionfotostorm/Getty ImagesThe new regulation will require pharmaceutical companies to inform the condition and wellbeing insurers should they plan to lift the value of the medicine by 16 percent or more over two a long time.fotostorm/Getty ImagesCalifornia Gov. Jerry Grant Hill Jersey Brown defied the drug sector Monday, signing e sentially the most comprehensive drug value transparency bill during the country that may force drug makers to publicly justify significant price hikes. « Californians have a very appropriate to grasp why their health care fees are away from control, especially when pharmaceutical revenue are soaring, » Brown says. « This evaluate can be a action at bringing transparency, fact, publicity to the very important element of our life, that is the cost of prescription drugs. » Brown claims the invoice was part of a broader thrust toward correcting growing economic inequities within the U.S., and termed to the pharmaceutical leaders « at the top » to take into account carrying out organization inside a way that helps all those with a large amount considerably le s.Shots – Wellbeing NewsCalifornia Monthly bill Would Compel Drugmakers To Justify Value Hikes « The loaded are obtaining richer. The powerful are having far more highly effective, » Brown says. « So this is just yet another instance exactly where the potent get a lot more electricity and consider additional… We have to point on the evils, and there is a serious evil when lots of folks are suffering a lot of from soaring drug revenue. » The drug foyer fiercely opposed the bill, SB seventeen, using the services of forty five companies to test to defeat it and investing $16.eight million on lobbying towards the full variety of drug laws. The brand new regulation is intended to glow mild on how prescription drugs are priced, demanding pharmaceutical busine ses to inform the state and health and fitne s insurers anytime they strategy to lift the cost of the treatment by sixteen p.c or even more around two several years. And, providers will Deandre Ayton Jersey likely have to offer justification for your enhance. The laws was supported by a diverse coalition, which include labor and buyer groups, clinic teams as well as health insurers, who agreed to share several of their own personal details underneath the bill. They’re going to should report what share of high quality will increase are on account of drug charges. »Health protection premiums specifically mirror the cost of providing health care care, and prescription drug selling prices are becoming among the main elements driving up these costs, » says Charles Bacchi, CEO of your California Affiliation of Overall health Designs. « SB 17 should help us recognize why, so we can prepare for and handle the unrelenting rate will increase. » Drug organizations criticized the governor’s shift, saying the new law focuses far too narrowly on only one section of your drug distribution chain and will never enable consumers pay for their medication. « It is disappointing that Gov. Brown has decided to signal a bill that’s dependant on deceptive rhetoric instead of what is during the very best interest of clients, » says Priscilla VanderVeer, spokesperson with the drug market a sociation, the Pharmaceutical Investigation and Brands of The united states (PhRMA). « There isn’t any evidence that SB 17 will decreased drug fees for individuals since it does not shed light over the significant rebates and special discounts insurance policies providers and pharmacy gain managers are acquiring that are not normally becoming pa sed on to people. » This regulation is an element of the lengthy recreation toward establishing a more robust net of drug guidelines through the place, states Gerard Anderson, a wellbeing coverage Steve Nash Jersey profe sor at Johns Hopkins Bloomberg Faculty of General public Overall health who tracks drug legislation during the states. In that respect, it will make sense to start out using the source from the drug costs: the drug makers on their own, he claims. « The brands get the vast majority of money probably about 3 quarters or maybe more on the money that you choose to pay for a drug and they are those that established the worth originally, » he suggests. « So they’re not the only real bit of the drug source chain, but they will be the key piece to this. » California’s legislation will never stand alone, claims state Sen. Ed Hernandez (D-West Covina), the bill’s author and an optometrist. « A lot of other states contain the identical i sues now we have, and you’re going to see other states check out to emulate what we did. »

Auteur :
• 23 août 2019

Enlarge this imagePastry chef Katlyn Beggs and chef Patrick Mulvaney program de serts for an forthcoming meal at his B&L restaurant in the Midtown neighborhood of Sacramento, Calif.Andrew Nixon / Capital Public Radiohide captiontoggle captionAndrew Nixon / Capital Public RadioPastry chef Katlyn Beggs and chef Patrick Mulvaney program de serts for an approaching evening meal at his B&L cafe in the Midtown neighborhood of Sacramento, Calif.Andrew Nixon / Capital Public RadioAt six-foot-three, Patrick Mulvaney is a commanding force in his busy kitchen at B&L in the Midtown neighborhood of Sacramento. As staff prepare for a large evening meal crowd, the chef strides through the restaurant’s narrow back hallways, where the scent of roasted chicken wafts over dishwasher steam and clanking cookware. His gravelly speech is peppered with curse words, and he’s quick to make adjustments to a tray of hors d’oeuvres or a specialty cocktail. But even when it’s busy, he says the servers, cooks and bartenders treat each other like family. And as « captain of the pirate ship, » as he calls himself, he says it’s his job to make sure they’re staying afloat in the chaos. The chef has made a name for himself on the local and national culinary scenes, both for his widely praised farm-to-fork menus and for his leadership on causes such as homele sne s and domestic violence. Now, he’s channeling some of his energy into suicide prevention. The Salt In An Industry Rife With Substance Abuse, Cafe Personnel Help Their Own Mulvaney lost a longtime friend, 41-year-old local chef Noah Zonca, in May. Zonca’s son, Evani Zonca, said his father suffered from depre sion and addiction before his drowning death. A month later, celebrity chef Anthony Bourdain took his own life. Mulvaney felt compelled to act. « This is a place for me to aid my people, » he says. « We are storytellers at the end of the day. And one of our stories is going to be about mental health. » https://www.whitesoxside.com/chicago-white-sox/luis-aparicio-jersey Mulvaney says hot tempers in fast-paced kitchens and rampant drug use during and after busine s hours are often seen as the norm in an industry of « stre s junkies. » « You have to be [me sed] up to work in restaurants, » he says. « There’s an acceptance that we’re an industry that takes misfits. » That mentality deters some people from asking for support, even when they have a serious problem. Enlarge this imageChef Patrick Mulvaney talks with his kitchen staff as they prepare meal at B&L restaurant.Andrew Nixon / Capital Public Radiohide captiontoggle captionAndrew Nixon / Capital Public RadioChef Patrick Mulvaney talks with his kitchen staff as they prepare meal at B&L restaurant.Andrew Nixon / Capital Public RadioA 2016 survey of more than 2,000 restaurant personnel by a national nonprofit called Chefs with I sues found that 73 percent reported suffering from multiple mental health conditions. A 2015 study from the Substance Abuse and Mental Health Services Administration reported that food service employees had the highest rates of illicit drug use compared to 18 other occupations. So, Mulvaney is working with Kaiser Permanente, WellSpace Health, and the Steinberg Institute to roll out resources for struggling bartenders, servers and chefs. Avisail Garcia Jersey Earlier this year, he hosted a series of mental health first aid trainings that will help cafe employees learn the warning signs for suicide. He’s hoping to create an online portal where they can take an a se sment and find treatment. There are chefs working on suicide prevention all over the country, and if Mulvaney’s model gains traction, it could spread well beyond Sacramento. Katherine Miller, vice president of impact for the James Beard Foundation, has written about some of the pervasive i sues in the restaurant industry long hours in a busy environment, casual drug use, and the idea that stre s is just part of the job. She said what Mulvaney is doing on the mental health front could save lives. « For a long time, it’s just not been something you talked about in this world, » she says of mental health. « Looking at a leader like Patrick, and having him stand up for this i sue over all the other i sues he could be using his voice for, means a lot. It shows young chefs in his own kitchens that it’s OK to talk about the i sue, it shows his peers that it’s OK to talk. » Former cafe critic Kevin Finch became concerned about the struggle of kitchen workers in Washington state more than a decade ago. He learned that employees with mental health or addiction i sues were afraid to talk to their bo ses. So he set up Big Table, an informal support network operating in three west coast cities. He says he wants people seeking support to « encounter another relationship rather than encounter a system. » « So our first step is a cup of coffee, to sit down with you and figure out what’s going on, » he says. « We see lives changed on a daily basis, and we are working on systems that allow anyone, not just someone who’s a mental health profe sional or a social services agency, to find ways to engage. » In Sacramento, many cafe workers are still grieving Zonca, and other chefs and bartenders who’ve taken their own lives over the years. ‘Fresh Air’ Remembers Anthony Bourdain, A Chef Devoted To Global Street Food Bartender Laura Bruce lost a close friend to suicide, and still struggles to talk about his death. « He was always like my big brother, » she says. « If something bad happened, he’d show up like, ‘All right, who am I fighting?’ He always took care of me. » She said his death has made kitchen staff think more deeply about their co-workers’ mental well-being. « There is this feeling you have to keep it all together, and if you can’t https://www.whitesoxside.com/chicago-white-sox/frank-thomas-jersey keep it together, there is something wrong with you, » she says. « People are becoming more comfortable asking for aid when they need it. Whereas before they might wash it down, people are realizing now that mental health is important and it’s OK to be more vulnerable. » Mulvaney hopes to see this shift continue. He wants every kitchen in Sacramento to have at least one person trained to look for signs of suicide, and to be able to approach struggling co-workers. « What I want is someone to help you us figure out how to have these conversations in a productive manner that increases mental health and reduces the stigma, so we talk about it more, » he says. « I want it to get better, for everybody. And I maybe want it to get better for myself, too. » Find HelpIf you or someone you know is having suicidal thoughts, call the National Suicide Prevention Lifeline at 1-800-273-8255 Ben’s Friends is a food and beverage industry support group based in Georgia and North Carolina. It offers hope, fellowship and a path forward to profe sionals who struggle with substance abuse and addiction. Big Table, an organization in Washington State, and the Giving Kitchen, in Atlanta, a sistance chefs and culinary profe sionals acce s community and emergency resources. Visit wellspacehealth.org or call their crisis chat line at 916-368-3111.This resource list comes from the James Beard Foundation and chef Patrick Mulvaney. More chef-specific resources are available at chefswithi sues.com. Becky Grunewald contributed to this story.

Auteur :
• 18 juin 2019

Old Blue Jays teammates Marcus Stroman and David Price Salvador Perez Jersey are friends turned natural enemies by virtue of the jerseys they’ll pull over their heads in 2016.According to Stroman, that’s plenty reason to welcome Price back to Rogers Centre with some of thehostility made famous in the postseasonwhen he returns to Torontonext season as a member of the rival Red Sox.MORE: MLB players who moved teams this winter| Which MLB fanbases are the most miserable?I think it’d be cool if they booed him, Stroman told Sportsnet.ca on Wednesday.He’s on a division rival you have to boo him. There’s no friends when it comes to competition.Price, who signed alandmark seven-year, $217 million contract with the Red Sox this offseason, took the 24-year-oldStroman under his wing when he arrived in Toronto before the trade deadline. The two are buddies, keeping in touch daily and trading friendly barbs over Twitter.Thiswill only ramp up the good-spirited rivalry between the two.TOPFREE AGENTS: 25 best| C| 1B| 2B| Joakim Soria Jersey SS| 3B|OF| SP | RPNow Stroman will be counted on to fill Price’s shoes atop Toronto’s rotation. He might even find himself starting opposite Price when the Red Sox first come to town during the Blue Jays’ first homestand in early April.I’m happy he’s in Boston.I’ll get to see him all the time, Stroman said. And Kelvin Herrera Jersey I get to pitch against him. It’s awesome. I get to pitch against one of my role models, one of my mentors and one of my buddies. It’s going to be fun. I’ve been texting him about it. »It’s going to be a fun rivalry for a bunch of years.

Auteur :
• 16 février 2016
Cours après cours, année après années, les pratiquants de Budô devraient constater une évolution comportementale dans laquelle la réaction agressive ou les peurs envers les autres s’estompent. Les peurs ou l’agressivité de protection étant compensées, la bienveillance et la générosité croîtraient.
Considérons la réflexion sous un autre angle, à partir d’attitudes, de comportements et d’actions sur le tatami.
La notion de prendre une garde : en testant le fait de prendre une garde, à mains nues, avec un jo ou un bokken, constatons-nous que ce comportement est la construction d’un isolement, comme celle d’un rempart contre l’Autre ? Une sorte de deux monologues d’où sortira peut-être un dialogue ?
En testant le fait qui la personne qui “accueille” le simulacre de violence, de conflit, sans prendre de garde : constatons-nous que notre positionnement relationnel est de tout autre nature ? Que se passe-t-il alors ? Comment nous gérons-nous dans cette attitude ?
La notion de partenaire, la personne qui produit l’attaque simulée.
L’importance de ce rôle est primordial. Dès le début, l’entraînement à ressentir le moment le plus propice à l’action (celui durant lequel le partenaire aurait un instant d’égarement) est le premier aspect. Les actions qui s’en suivent se doivent d’être précises et la personne centrée, les pieds conscients. L’adaptation durant la technique est indispensable. L’esprit de produire les gestes les plus justes à simuler un conflit doit être actif durant tout l’échange relationnel. C’est-à-dire avant, pendant et même après.
Ces productions intentionnelles permettent d’observer les informations et les émotions qui nous habitent. Par la rigueur de l’étude, par des actions adaptées, se produit-ils une évolution comportementale allant vers le but des Budô ?
Le but des Budô concerne-t-il également celui qui produit les attaques simulées ?
La notion d’intégrité au sein des actes, des gestes de celui qui reçoit une attaque simulée.
Avec des armes, qu’engendre le fait de produire des actions de coupes ou de frappes ? A mains nues, produire des atémis, réaliser des clefs ou des immobilisations via des douleurs engendrées, quelles sensations s’élèvent ? Quelles émotions apparaissent ? Sont-elles compatibles avec le but des Budô ? Provoquons-nous une action portant atteinte à l’intégrité de notre partenaire ? L’aidons-nous dans son cheminement vers le but des Budô ?
Par notre réflexion sur notre attitude, nos comportements, nos actes, nos gestes, nos actions, sommes-nous cohérents avec le but des Budô ?
Par Monto De Patso
Auteur :
• 21 décembre 2009

Photo de groupe du kangeiko 2009 à SaragosseBonjour, Lors du dernier kangeiko de saragosse le 5 décembre 2009, le moine Monto de Patso a apporté un enseignement oral.

Le voici :

Merci aux étudiants de la première partie de la matinée qui ont expérimenté la technique respiratoire de la position de l’Eveil dite du Bouddha, technique enseignée dans le zen vekidjo. Les outils et les comportements du zen ont influencé l’ensemble de la société japonaise, pas seulement pour les personnes de la caste des « guerriers », mais aussi des arts, de la culture et de la société japonaise depuis des centaines d’années.

Merci aussi à eux d’avoir rangé leurs chaussures avec attention, cela est un exercice excellent pour le développement de l’hémisphère droit du cerveau et l’équilibre psychosomatique de l’individu. Les personnes n’ayant pas assisté à la séance sont priées d’aller équilibrer leurs hémisphères également et se préparer ainsi à étudier ce qui va suivre. Quelques secondes devraient suffire pour ranger vos souliers, cela m’évitera de lancer les chaussures dans la salle. Et de commencer à transmettre puisque vos cerveaux seront plus réceptifs. Merci.

Le thème abordé maintenant est le « non attachement », concept large et ô combien déterminant pour l’être humain, notamment pour nous ici.

Voici une histoire qui illustre ce thème et également ce qui différencie les techniques pour blesser, tuer ou dominer, les sports de combats, les arts martiaux et les Budo :

Un homme entraîné aux arts martiaux, jeune ceinture noire, entre dans un lieu. Il pousse la porte et place un pied dans la pièce puis le tronc. Derrière la porte, une personne avait un katana, prêt à trancher les intrus.

L’homme avance, le sabre s’abat, l’homme est mort.

Un second homme entre à son tour, deuxième ou troisième dan, il a juste le temps de percevoir par ses yeux une forme, mets la main sur la poignée de son sabre et est tranché.

Un troisième,  de niveau supérieur, pénètre à son tour dans la pièce, perçoit à l’oreille et à l’œil la présence de la personne, dégaine son sabre, les deux êtres meurent ensemble.

Un quatrième, septième ou huitième dan, entre par une fenêtre, s’avance dans le local avec une  grande attention, le regard, l’ouïe, l’odorat, le toucher et les sensations internes en éveil. Les deux sabres s’abattent, ce quatrième homme a « gagné », la personne est morte.

Un Maître marche vers le lieu et fait le tour de la maison pour tranquillement poursuivre son chemin.

Question posé à l'assemblée lors du kangeiko 2009Qui peut dire pourquoi ce dernier personnage a agit ainsi ?

Après une dizaine de réponse erronées, telles que :

–          C’est un Maître qui est à l’intérieur (réponse : un Maître protège le Vivant et ne tue pas),

–          C’est un lâche.

–          Il n’a pas de katana.

–          Etc.

Une personne non gradée (ceinture blanche d’une quarantaine d’années) dit :

–          Il a perçu le danger. (réponse : exact ! c’est grâce à sa bio-conscience qu’il est en relation avec les vibrations qui l’entourent, d’une part. L’homme précédent avait commencé à éprouver ce genre de sensations internes. Pour le Maître, voilà l’étape suivante,  c’est ce que l’on nomme en japonais « katsu ayabi » : la perception vibratoire. D’autre part, il a ainsi réalisé que toutes ses années d’étude de sa propre humanité lui avaient appris cette dimension de percevoir ces vibrations de la vie et ainsi de ne produire que des actes non-violents. Il avait atteint la sagesse des Maîtres de Budô et l’essence des Budôs. Il avait compris que ses années d’étude lui avaient simplement mais efficacement ouvert les portes de la compréhension du mot Budô. Bu : attraper la lancer ou déposer les armes, Dô : chemin pour…).

Les deux photos qui sont accrochées à ce mur, représentent deux personnages ayant marqué la période de création et de développement des Budos.

L’une montrant Funakoshi Gishin, fondateur du Karatedô, définissait son Budô par cette courte phrase : « L’essence du karaté est la non-violence ».

L’autre présentant Ô Senseï Ueshiba, fondateur de l’Aïkidö et homme religieux ayant vécu l’expérience métaphysique de l’incarnation de l’énergie cosmique a prononcé ces mots pour illustrer son Budô et donner ainsi aux étudiants les objectifs de l’Aïkidô : « La Paix et l’harmonie ».

Je vous laisse réfléchir sur ces paroles.

La notion d’attachement est une valeur egotique, dimension que je ne vais pas pouvoir développer maintenant mais que je vais vous faire effleurer, je l’espère. Je vous propose d’expérimenter l’attachement et le non-attachement :

–          dans votre relation avec la Terre par le contact de vos pieds sur le sol,

–          dans votre relation avec votre partenaire par le placement de votre regard et l’esprit qui va avec,

Explication lors d'une saisie ferme du poignet–          dans votre relation avec vos propres perceptions émotionnelles par la saisie ferme de votre poignet par votre partenaire. (correction de la saisie en cours d’uke). Essayez de forcer pour faire lâcher cette saisie. Puis, de cette saisie, à partir de la terre, produisez une spirale ascendante jusqu’au sommet de la tête, au ciel ; apprenez à transmettre cette dynamique produite dans le bras saisi, liez l’épaule à la terre et au ciel, relâchez toutes tensions, ainsi par l’épaule passe l’onde de la spirale verticale et produit une autre spirale « horizontale » : votre poignet est libre.  La saisie est sans efficacité : non-attachement, non intervention de l’ego, juste l’utilisation de cette loi naturelle d’organisation spiralée dans le corps humain dont les conséquences sont la réalisation d’une des facettes du non-attachement ainsi que la liberté, cela sans aucune contrainte pour votre partenaire qui produisait l’acte de vous emprisonner, de vous contraindre (voyez son expression du visage, comme il est étonné des sensations et de l’effet).

–          Vous l’avez totalement respecté. Vous avez même respecté son agressivité, fruit de son histoire, de ses espoirs et ses souffrances. Vous avez respecté le Vivant sans portez aucunement atteinte à son intégrité. Contre la force : la non-force, en utilisant les mouvements de la nature.

–          dans la relation à votre partenaire, dans un rôle de celui qui donne et celui qui reçoit, et lorsque que ces rôles s’inversent (uke soku seme, seme soku uke), même s’il ne s’agit que de rôles car dans l’absolu les deux personnes sont en recherche de vibration réciproque et ainsi cherchent à parvenir à cette unité que les japonais nomme « AÏ ».

–          dans la qualité de contact de votre main qui se saisira pas, mais guidera sans envoyer un seul message tactile d’emprisonnement, qui transmettra une onde émise de votre bassin, de la terre par vos pieds, votre hara, votre souffle et tout votre être jusqu’aux orteils de votre ami(e) par son centre énergétique.

Voici donc une expérience qui va en outre travailler sur le cœur. Puis, une fois que la mise en mouvement de votre être engendrera naturellement la position de votre partenaire sur le sol et sur le ventre, vous étudierez à dépasser les notions d’immobilisation ou de violence qui consciemment ou inconsciemment pourraient créer des douleurs chez votre frère ou votre sœur d’étude. Pour cela, vous expérimenterez de mettre en expansion ses chaînes musculaires et articulaires pour les libérer de leurs énergies d’inertie et de mémoires ( peurs, violence, etc.), pour laisser place à un état de non agression, d’énergie libre, de sensations physiques centrées, fortes, tranquilles et verticalisées. Vous aurez aidé votre prochain à être moins dans ces processus qui créent la mésentente, les disputes, les maladies, la domination et les guerres entre les êtres humains et les dommages causés au reste de la nature.

Vous serez sur le chemin des anciens dont les photos ornent presque tous les dôjo du monde et devant lesquelles des millions de personnes s’inclinent chaque jour. Avec quel esprit et pour quoi faire, vraiment ?

Merci de votre expérimentation, de votre attention, n‘applaudissez pas je vous prie (il n’y a pas de mérite de servir la vie). Ah, rappelez-vous de la petite histoire… Merci.

Kangeiko 2009. Thème du non-attachement. Moine Monto de Patso (dirigeant de l’Université Etre Occident-Orient, temple de la Paix Infinie et transmetteur de l’aï-doï).